Jean Pierre Chevènement : biographie

  • Bernard Ducret
  • Histoire

Né en 1939, JP Chevénement fait des études de sciences politiques, puis l'ENA. De 1981 à 2000, il sera successivement ministre de la Recherche, ministre de l'Éducation nationale, ministre de la Défense et ministre de l'Intérieur. En septembre 2011, il fait partie des candidats possibles à l'élection présidentielle de 2012.

Enfance et études

Jean-Pierre Chevènement est né à Belfort le 9 mars 1939. Son père, Pierre Chevènement était instituteur et sa mère, Juliette Garessus était institutrice.

Il obtient un prix au concours général en géographie et en grec puis son diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris en 1960. Il intègre l’ENA en 1963 dans la même promotion que Lionel Jospin et Jacques Toubon. À sa sortie en 1965, il rentre au ministère de l’Économie et des Finances comme attaché commercial.

Débuts en politique

En décembre 1964, il adhère à la SFIO. En janvier 1966, il fonde le CERES (Centre d’Études, de Recherche et d’Éducation Socialistes).

En 1971, au congrès d’Epinay qui fonde le PS, il se range aux côtés de François Mitterand qui va le charger d’élaborer le programme du Parti Socialiste et d’opérer le rapprochement avec le Parti Communiste, ce qui sera fait en 1972 avec la signature du Programme Commun. En 1973, il devient député du Territoire de Belfort.

Carrière ministérielle

Le 22 mai 1981, il est nommé ministre de la Recherche et de la Technologie. Il démissionne le 22 mars 1983 en lançant la fameuse phrase : "Un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l’ouvrir, ça démissionne". Le 19 juillet 1984, il est ministre de l’Éducation nationale, puis le 13 mai 1988, ministre de la Défense.

Le 29 janvier 1991, il démissionne afin de marquer son désaccord avec l’engagement français dans la guerre en Irak. Le 4 juin 1997, il est nommé ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Jospin. Victime d’un accident d’anesthésie en septembre 1998, il est tenu à l’écart de son ministère pendant quatre mois. En désaccord avec Lionel Jospin, il démissionne le 29 août 2000.

De 2000 à aujourd'hui

De nouveau élu député du Territoire de Belfort dans une élection législative partielle en 2000, il perd son siège en 2002. Candidat à l’élection présidentielle d’avril 2002 (où il obtiendra 5,33% des suffrages exprimés), il fonde le Mouvement Républicain et Citoyen.

En mai 2005, il soutient le "non" au traité européen (refusé par 54,87% des votants). En 2007, il s’oppose au traité "simplifié". Le 21 septembre 2008, il est élu sénateur du Territoire de Belfort. En mai 2009, il appelle à voter "blanc" aux élections européennes.

En mai 2011, il annonce qu’il se présentera probablement à l’élection présidentielle de 2012 et qu’il officialisera sa candidature à l’automne.

Candidature
Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog