La guerre est-elle absurde ?

  • Bernard Ducret
  • Histoire

Si la guerre a des causes, elle n’a pas de raison et ses prétendues justifications ne sont qu’absurdités. La guerre est la fin de toute société civile, de tout contrat tacite ou explicite. Elle est une offense au bon sens. Aucune idée ne mérite qu’on meure pour elle. La guerre est une folie qui n’a aucun sens. C’est une négation de l’humanité qui va contre toutes les valeurs parce qu’il n’y a aucune excellence dans la force des armes.

La guerre en elle-même n’a pas de sens

La guerre n’est jamais porteuse de sa propre justification car elle est toujours menée au nom d’une paix à atteindre ou à rétablir.

Pour reprendre la formule d’Aristote dans la Politique, la guerre n’est qu’un moyen en vue de la paix, comme le travail en vue du loisir.

Elle est donc, au vrai sens du terme, absurde, puisqu’elle est le contraire de ce qu’elle prétend poursuivre.

La guerre n’est pas raisonnable : elle est contre nature

Comme le fait remarquer John Locke, dans l’état de guerre, les hommes, pourtant nantis de raison, se comportent comme s’ils en étaient dépourvus.

Leur sociabilité naturelle, qui les portait au bonheur et à la paix se trouve compromise et parfois niée. Selon Jean-Jacques Rousseau, naturellement, l’homme n’est pas belliqueux.

La guerre ne peut apparaître qu’avec la dénaturation de l’homme. «L’espèce humaine n’a pas été formée pour s’entre-détruire» (Écrits sur l’abbé de Saint Pierre).

La guerre et une folie

Quel sens a l’humanité quand «une demi-livre de plomb tirée de six-cents pas me fracasse le corps, et que je meurs à vingt ans (...) pour les prétendus intérêts d’un homme que nous ne connaissons pas?» C’est Voltaire qui pose la question dans son Dictionnaire philosophique et la réponse est simple: cela n’a aucun sens.

Les arguments de divers ordres ne manquent pas contre les théories bellicistes

On peut, à l’encontre de ceux qui prônent les vertus militaires, faire état des statistiques qui prouvent la recrudescence de la criminalité à la suite des guerres.

S’il est vrai que les grandes civilisations se sont répandues par la force des armes, on peut inversement alléguer que c’est de la même façon qu’elles ont disparu. La guerre est condamnable, on peut, à bon droit, la considérer comme mauvaise.

On peut dire avec Kant que «la raison énonce en nous son veto : il ne doit y avoir aucune guerre».

Dessin de Jacques Tardi exposé à l'Historial de la Grande Guerre à
Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog