Le travail est-il un droit ?

Tout homme doit pouvoir, par son activité laborieuse, non seulement assurer sa subsistance et celle de sa famille mais encore s’élever à la conscience de soi grâce à l’action libératrice du travail. Tout homme est en droit de considérer que la société dont il fait partie doit lui permettre de travailler et de participer ainsi à la production des richesses, source de la prospérité collective.

Le droit de gagner la vie

L’activité laborieuse est indispensable pour vivre. À quelques exceptions près, l’homme doit travailler pour satisfaire ses besoins matériels. Le travail est donc, au moins, un droit indirect dans la mesure où nul ne peut contester le droit à une vie d’homme libre que seul permet le travail.

Le travail fait partie des «droits de l’homme»

En 1948, la «Déclaration universelle des droits de l’homme» précise au premier alinéa de l’article 23 que le travail est un droit, c'est-à-dire que chacun doit pouvoir exercer une activité rémunératrice parce que, comme le précise l’article 25, «toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille».

Le droit au travail c’est le droit d’exister

Le travailleur est en droit d’attendre du travail plus que la simple satisfaction de ses besoins. En effet, c’est par le travail que la conscience de soi peut se former. L’emploi n’est pas seulement le moyen d’assurer sa subsistance, c’est aussi ce qui permet d’être un membre actif de la société. Ainsi défini, le travail est alors un droit essentiel puisqu’il est constitutif de la réalité humaine.

Les anciens distinguaient travail, œuvre et loisir

Le travail c’était la tâche répétitive que pouvait faire aussi bien la machine, l’animal que l’homme. L’œuvre, c’était la production de quelque chose en fonction d’un projet. Le loisir c’était la culture de l’esprit. Aujourd’hui, le travail est devenu un mot qui désigne toute activité socialement rentable. «Travaillent» ainsi pèle-mêle, non seulement l’ouvrier, le paysan, l’employé ou le cadre mais encore l’écolier, l’artiste et le sportif professionnel qui «joue» au football. Cet écrasement des activités sous une même étiquette rend le débat sur un «droit au travail» d’autant plus difficile que, concrètement, le travail c’est l’emploi. Aussi, il serait bon de dire que la formule recouvre deux droits différents : le droit à l’emploi pour une vie décente et le droit d’exercer une activité susceptible de permettre épanouissement et accomplissement de soi.

Usine Ch. Lorilleux & Cie à LeipzigUsine Ch. Lorilleux & Cie à Leipzigdrill man
Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog