La publicité est-elle un art ?

Certaines productions publicitaires sont d’une telle qualité esthétique, qu’il est difficile de ne pas considérer la publicité, comme un art. C’est l’art d’une société de consommation et de loisirs. On peut considérer que les productions publicitaires sont des compositions esthétiques. En effet, indépendamment de son rôle économique, la publicité est capable de créer de belles choses.

La publicité, le seul art qui ait encore une place dans la rue

Il n’y a plus, dans nos rues, de chanteurs, de bateleurs, de musiciens. La recherche de la fonctionnalité a quelquefois détruit l’âme des villes. Pour égayer les murs uniformes des cités modernes, il ne reste que l’affichage publicitaire, souvent de grande qualité plastique.

Comme tout art, la publicité s’adresse à l’imagination

La publicité veut nous faire rêver, ce qui est le propre de l’art. Elle donne aux objets une valeur imaginaire ajoutée humanisant la consommation. C’est toujours l’art qui nous a appris à considérer autre chose que l’utile, et la consommation n’est pas un thème plus négligeable qu’un autre. "La réclame fut une invention de poète. Toulouse-Lautrec, Cappiello, Mâcha, Cocteau, Pagnol, Prévert furent les premiers créatifs." (Jacques Séguéla - Fils de pub)

La publicité, un "art engagé"

  • Il y a un art religieux : c’est celui qui s’est mis au service de la défense et de la propagation de la foi, et il a donné des œuvres admirables.
  • Il y a un art politique : certaines œuvres d’art sont des prises de position claires, pour ou contre des idéaux politiques.
  • Il y a désormais un art publicitaire : c’est celui qui s’est mis au service de l’objet de consommation. Et nous avons tous, en mémoire, une publicité que nous avons trouvée belle, simplement belle.

L’aspect économique de la publicité, semble interdire qu’on la considère comme un art à part entière

Dans la mesure où il lui manque la gratuité, qui identifie l’œuvre d’art.

Cependant, il ne faut pas croire qu’il est interdit à une publicité d’être belle. Ce qu’il faut comprendre, c’est que nous ne devons pas confondre le beau et l’agréable. La publicité peut être agréable, mais elle vise toujours à nous transformer en consommateurs.

Elle nous est agréable pour nous séduire. Elle tente de susciter un désir, alors que l’œuvre d’art nous laisse libre. La publicité ne peut pas se permettre ce luxe, parce que la publicité doit vendre, et pour y parvenir, il faut prendre pouvoir sur l’autre.

Réclame murale ancienne pour Dubonnet | Source | Date 2007-08-15 | Au
Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog