Le hasard joue-t-il un rôle dans nos choix ?

Souvent, les circonstances favorables ou défavorables dictent notre choix. Ces circonstances sont indépendantes de notre volonté et nous n’avons pas de prise sur elles. Seul le hasard en dispose. Il n’y a pas de choix pur sans circonstances, sans condition ou sans mobile. Le hasard joue un rôle dans nos choix parce qu’il est souvent à l’origine des circonstances, des conditions ou du mobile. Mais, ce que l’on appelle "hasard" ne joue dans mes choix que le rôle que je veux bien lui reconnaître.

"L'occasion fait le larron"Ce proverbe populaire exprime clairement une constante de l’action humaine. C’est en fonction des circonstances que l'on se détermine à agir. Or, dans la plupart des cas, les circonstances ne dépendent pas de soi.

C’est donc souvent le hasard qui préside à nos choix, même les plus importants. "La chose la plus importante à toute la vie est le choix du métier : le hasard en dispose" (Pascal).

Le hasard seul propose des choix

Je ne choisis jamais entre tous les possibles, mais seulement entre ceux que le hasard me donne. Prenons un exemple : j’ai soif, je me dirige vers un distributeur de boissons et j’en choisis une en toute liberté. Le hasard a joué un rôle, car un autre distributeur m’aurait proposé un autre choix et j’aurais peut-être choisi autre chose. On choisit toujours entre les termes d’une alternative, mais c’est le hasard qui choisit l’alternative.

Le hasard choisit pour moi

Il est même des cas où, dans l’indécision, je confie le choix au hasard. La pratique du "pile ou face" est souvent à l’origine d’une option. Celle-ci peut être insignifiante, mais les causes insignifiantes peuvent avoir des effets incalculables. "Le nez de Cléopâtre : s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé" (Pascal).

La liberté du choix ne se situe ni au plan de la nécessité ni au plan du hasard

La liberté humaine peut, bien sûr, faire face aux "hasards" malheureux (la malchance) et se réjouir des "hasards" bénéfiques (la chance). Mais, ce n’est pas sur le hasard qu’elle s’appuie. La nécessité est doublement utile parce qu’il y a une nécessité, je peux connaître les lois de la nature et parce qu’il y a des lois, je peux agir en connaissance de cause. Le choix issu du libre arbitre ne relève pas de la causalité.

anciens dés en os | Source objets personnels | Date 2007-11-04 | Auth
Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog