Faut-il se méfier des ordinateurs ?

  • Bernard Ducret
  • Internet

Les pires cauchemars décrits par les écrivains de science-fiction peuvent devenir notre réalité quotidienne. Les ordinateurs omniprésents comportent le risque de déshumaniser notre monde. L’usage croissant de l’ordinateur peut ôter à l’homme une partie de son humanité. Il faut donc s’appliquer à contrôler son utilisation si nous voulons conserver notre liberté.

L'inhumanité de la machine Les ordinateurs les plus perfectionnés, nantis des logiciels les plus performants, n’ont pas plus d’esprit et de cœur que les cailloux du chemin.

Or, de plus en plus, les fonctions de régulation et de contrôle sont retirées aux administrateurs et confiées à des ordinateurs. Si nous ne nous méfions pas, c’est bientôt la machine qui réglera nos vies.

La déshumanisation en marche Nous risquons de ne pas savoir éviter la déshumanisation contre laquelle nous ont pourtant mis en garde Aldous Huxley (dans "Le meilleur des mondes"), George Orwell (1984) ou encore Gilbert Cesbron (dans "La machine").

Cette déshumanisation est déjà en route chaque fois que nous préférons l’écran d’ordinateur à la communication réelle et concrète avec autrui.

L’éloignement du réel

L’ordinateur crée des mondes virtuels et le succès remporté par les consoles de jeu vidéo a permis de mesurer le danger : l’enfant qui en abuse perd totalement ses repères et en arrive à ne plus savoir vivre dans le réel. Si nous ne faisons pas attention, chacun sera bientôt seul dans un monde inhumain.

La qualité de l'ordinateur

Paradoxalement, c’est la qualité principale de l’ordinateur qui inquiète le plus : la maîtrise de l’information qu’il permet peut devenir une redoutable puissance de contrôle annihilant toute liberté.

Il ne faut pas avoir peur des ordinateurs, mais il faut effectivement se méfier de l’usage que l’on pourrait en faire pour asservir l’humanité.

Cependant, ceci n’est pas vrai que pour l’ordinateur, c’est vrai pour toute technique quelle qu’elle soit. La puissance que procurent les techniques contemporaines est tout à fait considérable, mais la sagesse n’a pas suivi.

Ce manque de sagesse se fait d’autant plus sentir que la maîtrise des outils dont l’homme dispose exigerait un niveau supérieur d’humanité. Jean Rostand le remarquait déjà : "la science a fait de nous des dieux avant même que nous méritions d’être des hommes" (pensées d’un biologiste).

L’ordinateur est un formidable outil de connaissance, de maîtrise et de transmissions des informations. Encore faut-il l’utiliser à cette fin et non pas comme un instrument d’exploitation au service d’une économie qui aurait oublié l’homme.

Ordinateurs
Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog