Départ à la retraite

  • bernardducret

Gateau-du-C.A-jpg"Pour arriver au lendemain, il ne s'agit nullement de le vouloir, il ne faut qu'attendre" (Alain - Les aventures du coeur). Le lendemain est arrivé ! Quelque chose s'arrête, est-ce qu'autre chose commence ? "Alors que le futur contient notre mort, le passé contient notre être" (Ferdinand Alquié - Le désir d'éternité). L'expérience du changement est toujours double : Le changement, c’est d’abord ce qui s’offre à ma liberté, ce qui fait du temps le domaine d’une action possible. Mais le changement, c’est aussi ce qui m’échappe, ce qui me montre que je ne suis pas maître du temps et que demain arrive inéluctablement. Aussi, le changement est-il toujours dramatique parce qu’il introduit dans la plénitude de mon présent une déchirure qui annonce le «jamais plus» radical de la mort. «L’irréversibilité constitue le caractère le plus essentiel du temps (...). C’est elle qui fait retentir l’accent funèbre du jamais plus.» (Louis Lavelle - Du temps et de l’éternité ). La conscience du temps est nécessairement la conscience du devoir mourir. La certitude d’exister caractéristique de la conscience de soi est inséparable de la certitude de devoir cesser d’exister. «L’aller et retour dans l’espace est un aller sans retour dans le temps» (Vladimir Jankélévitch - La mort ). Le temps passe inéluctablement et détruit tout. Le passé n’est plus et ne sera plus jamais. La conscience du temps devient alors conscience de la dégradation et de la mort qui amène inévitablement à constater la fuite des jours et à redouter la vieillesse. La retraite, on l'a pensée comme un départ, quelque chose qui ouvre un espace de liberté, mais quand elle arrive, on constate que c'est d'abord une fin et ce n'est pas sans tristesse que l'on en prend conscience. Les autres continuent leurs occupations, seul le retraité est absent de tout. Il va falloir changer de projet : Pendant 39 ans, la voiture a pris toute seule le chemin de l'école, il faut maintenant lui apprendre un autre trajet. Pendant 39 ans, il a été le prof. de philo, il faut maintenant lui trouver un autre statut. "Retraité", ce n'est pas une fonction, c'est un exil. Aussi vais-je sans doute me retrouver en devenant "nomade". Si, en plagiant Jules Lagneau, je peux dire que "le temps est (aujourd'hui) la forme de mon impuissance", je peux aussi vouloir que l'espace, devienne "celle de ma puissance", ma puissance de visiter le monde maintenant qu'il n'est plus de mon  âge de tenter de le conquérir.

Grayscale © 2014 -  Hébergé par Overblog